Pourquoi les gens commettent des folies

01 janvier 2018

Pourquoi les gens commettent des folies

De temps en temps, on entend dire que des gens se sont tués pour le plaisir. C’était au cours de l’escalade d’une montagne qu’ils n’avaient pas vraiment besoin d’escalader. Ils sautaient d’un avion alors que ce n’était pas vraiment nécessaire.

De temps en temps, on entend dire que des gens se sont tués pour le plaisir. C’était au cours de l’escalade d’une montagne qu’ils n’avaient pas vraiment besoin d’escalader. Ils sautaient d’un avion alors que ce n’était pas vraiment nécessaire. Ils conduisaient bien trop vite alors qu’ils n’étaient pas pressés d’aller quelque part. Ils skiaient hors-piste alors qu’il y a de la neige partout. Evidemment, ils ne se tuaient pas exactement pour le plaisir. Mais ils faisaient pour le plaisir des choses qui conduisaient à la possibilité – et dans certains cas à la réalité - de se tuer.

 

Cela semble diablement paradoxal.

 

Cependant, dans la théorie du renversement, un mécanisme psychologique explique pourquoi ces personnes prennent des risques non nécessaires.

 

Le danger réel (ou supposé) mobilise nos ressources en élevant notre niveau d’activation, et cette activation élevée est vécue comme de l’anxiété. La « vertu » de cette anxiété est de nous amener à réagir pour la réduire. D’un autre côté, lorsque nous faisons, pour le plaisir, quelque chose que nous n’avons pas besoin de faire, comme conduire trop vite, alors cette même activation est ressentie comme une excitation plaisante et nous cherchons à la maintenir ou à l’augmenter. 

 

Il y a donc deux façons de vivre l’activation, l’une étant l’inverse de l’autre.

 

Avoir accès à l’excitation plaisante demande de construire un cadre protecteur, qui change le danger réel en danger apparent. Escalader une montagne produit le délice de l’excitation lorsqu’on se sent certain que, malgré le danger, tout ira bien – on a le bon équipement, une expérience suffisante, confiance dans ses compagnons. D’un autre côté, si le cadre protecteur psychologique disparait, quelle qu’en soit la raison, tout devient sérieux. Dans ses recherches sur les parachutistes, Michaël Apter a découvert que le moment de sauter de l’avion cause typiquement une énorme anxiété, mais qu’une fois que le parachute s’ouvre, et que tout se passe bien – l’activation est alors ressentie comme exaltante. 

 

En somme, nous avons le paradoxe : grâce au cadre protecteur, l’excitation est un danger qui n’est pas vraiment dangereux.

 

Michaël a détaillé ce mécanisme et ce paradoxe, avec d’autres paradoxes, dans son livre fascinant Le renversement psychologique, publié chez Dunod/Interéditions.

 

Jean Rambaud

Energie Motivationnelle Fatigué des méthodes prêt-à-porter ?