28 rue de Londres

75009 Paris

28 rue de Londres

75009 Paris

contact@apter-france.com

contact@apter-france.com

Blog

Comment gérer la motivation avant et pendant une compétition ?

08/13/2019

Comment gérer la motivation avant et pendant une compétition ?

“Si ton esprit est motivé, ton corps suivra” dit l'adage. Car oui, la motivation et le mental sont des éléments de performance clé chez tout sportif.


Découvrez dans cet article comment aborder les états d'esprits et se préparer mentalement à une compétition grace aux renversements psychologiques.

 

 

 

Vous le savez sûrement, la préparation mentale est un élément de performance clé chez tout sportif. 

 

Que vous soyez athlète professionnel ou amateur, il est primordial de réussir à gérer nos différents états d’esprits lors d’une épreuve sportive pour aborder le stress sereinement et garder une motivation de fer. 

 

Si depuis de nombreuses années, nous travaillons avec des sportifs que nous accompagnons et certifions en préparation mentale, nous n’avons pas peur de porter un dossard lorsque l’occasion se présente. 

 

Se confronter au chrono et aux éléments, c’est exactement ce qu’a fait notre associée Laurence en prenant le départ d’un triathlon samedi matin, malgré des conditions météo difficiles. 

 

 

Se préparer en prenant en compte sa condition physique 

 

Après une année complexe sur le plan physique avec le diagnostic d’une hernie foraminale en février et une perte de motricité de 2/5 en mars, prendre le départ du Triyeuthlon cette année n'était pas une certitude.

 

Pourtant, Laurence est déterminée à être de la partie pour fêter les 10 ans de l'épreuve le 10 août à l’Ile d’Yeu et relever ainsi ce défi.

 

La préparation de ce triathlon format S passe donc par la gestion des frustrations liées à la récupération accompagnée par une préparation physique et mentale pour aborder cette course au mieux. 

 

À l’approche de la course, Laurence est plutôt sereine et se pose comme objectif de prendre un maximum de plaisir et pousser ses limites pour franchir la ligne d'arrivée avec le sourire. 

 

Le jour J est arrivé !

 

Nous y sommes, il est 8 heures du matin sur la plage des Vieilles et des vagues impressionnantes déferlent et viennent s'écraser violemment sur les rochers.

 

L’organisation décide d'écourter la partie natation vu les conditions défavorables et le doute se répand parmi les 400 participants au départ : “Va t’on réussir à franchir cette barrière d’écume qui creuse la surface de l'océan ?”

 

 

Ça y est, le départ est donné et les plus aguerris s'élancent en premier. Même les meilleurs nageurs ont des difficultés à avancer et certains font demi-tour. 

 

Au signal, Laurence s'élance à son tour avec son groupe. Elle franchit une première vague, puis une deuxième, et se trouve complètement désorientée par l’effet “machine à laver” d’une troisième qui vient la coller au fond de l’eau. 

 

Les objectifs définis durant sa préparation mentale lui reviennent alors à l’esprit : prendre du plaisir en étant consciente de ses capacités.  

 

Confrontée à la difficulté des vagues, Laurence prend donc la décision de faire demi-tour, option offerte par les organisateurs compte tenu des conditions météo. 

 

Ces vagues de plusieurs mètres sont au-delà de ses limites et elle en a conscience. Professionnel ou amateur, il faut savoir être humble, choisir pour ne pas subir. 

 

Son retour au bord la conforte dans sa décision lorsqu’elle aperçoit l'équipe de secours qui repêche une nageuse mal en point. 

 

Une bataille de perdue, mais pas la guerre !

 

 

Après la première transition, l'épreuve de cyclisme lui fait découvrir des paysages magnifiques sur lesquels elle centre son attention pour oublier le vent de face et les cuisses qui brûlent. 

 

Elle se concentre alors sur les sensations et l’instant présent pour rester motivée, gérer la course et trouver du plaisir dans le dépassement de soi. 


 

Après une transition vélo/course à pied difficile pour les jambes, Laurence se laisse porter par les encouragements des nombreux supporters le long du parcours.

 

Bien qu’elle soit inscrite dans la catégorie “amateur-loisir”, il ne faut ne rien lâcher : gérer la respiration, le mental, tenir jusqu’au bout même si le rythme ralenti et atteindre l’objectif de réaliser ce défi. 

 

La partie course à pied est toujours aussi belle, et lui procure une sensation de fierté. “Je suis là” se dit elle, “je suis capable de finir cette épreuve, dépasser mes peurs, la douleur…” 


 

La ligne d'arrivée que l’on aperçoit au loin dans le sable intensifie ce sentiment d’accomplissement. 

 

Plus que quelques mètres d’effort, et c’est le soulagement, la fierté d’avoir franchi cette ligne tant attendue.

 

La preuve est là ! Si l’esprit est motivé, le corps suivra. Les possibilités sont infinies et les limites sont là pour être dépassées.

 

Ainsi, en travaillant sur les états d’esprit avant et pendant la course, il est tout à fait possible de prendre du plaisir sans être découragé par des émotions négatives ou par le stress du chrono. 

 

Un seul objectif : prendre du plaisir à concourir

 

Ce travail sur les motivations et la gestion du stress, nos deux sportifs de haut niveau et certifiés APTER le connaissent bien. Le double champion du monde d'apnée Morgan Bourc’his et l’ultra traileuse Christelle Girard en sont passés par là. 

 

Pour eux, se concentrer sur le plaisir de l’instant est un état d’esprit clé pour aborder une compétition sereinement. Car si le plaisir est générateur de performance, l’inverse n’est pas toujours vrai.

 

Par exemple, si la motivation est trop centrée sur l’objectif, l’on pourra ressentir un état de tension contre productif pour la performance. 

 

En fait, il n’existe pas un mais 8 états motivationnels possibles à l’approche d’une compétition. 4 sont liés à la tension ou au relâchement, et 4 autres nous procurent des impressions de gain ou de perte. 

 

Savoir passer d’un état à l’autre pour s’adapter, c’est déjà gagner !

 

 

Morgan utilise ainsi la méthode des renversements psychologiques dans l’exercice de sa capacité mentale pour relever ses défis et s’adapter à chaque situation. 

 

Il explore les mécanismes mentaux sous-jacents à ses réussites ou à ses échecs pour se préparer mentalement.

 

Christelle a elle appris à inverser les émotions négatives liées au stress du chrono pour aborder ses courses en étant relâchée. 

 

Les états de tension ont fait place à la joie et au plaisir de partager ces instants avec ses proches. 

 

 

Si comme Morgan et Christelle vous souhaitez intégrer le coaching APTER à votre préparation mentale pour rester motivé(e) dans votre pratique sportive, contactez nous !


Comment gérer la motivation avant et pendant une compétition ? Zoom in on the 19th International Reversal Theory Conference